Le point sur les différents systèmes d'identification existants

Le point sur les différents systèmes d'identification existants


Le point sur les différents systèmes d'identification existants

Les terroristes et les escrocs sèment le doute. La fluidité des déplacements est menacée et les identifications aux frontières prennent trop de temps. Afin d'y remédier, plusieurs gouvernements se sont tournés vers la biométrie. C'est un procédé qu'ils veulent plus rapide et plus efficace. Actuellement, cette nouvelle technologie est reconnue internationalement. Et depuis, différents systèmes d'identification ont vu le jour. Pour en apprendre un peu plus sur le sujet, voici quelques mises au point.

La biométrie au XXème siècle

Ce qui est mis en avant dans la biométrie classique est la mesure des êtres vivants. Effectivement, au XXe siècle, la biométrie était désignée comme une manière d'étudier le nombre d'individus et d'en tirer des statistiques. Elle est souvent utilisée en anthropologie, en médecine et en écologie. Les données obtenues sont généralement appliquées comme base de recherche.

Evidemment, les recherches entamées permettront d'informer et de développer la culture, la santé, l'environnement et l'économie des entités concernées. C'est ce qui donne de l'importance à la biométrie. Aussi, elle contribue fortement à l'évolution de l'homme. Il faut préciser que l'existence des données statistiques permet de savoir ce que l'homme est, ce qu'il possède et ce dont il a besoin.

La biométrie au XXIe siècle

Le sens du mot biométrie a beaucoup évolué au XXIe siècle. Elle s'appuie totalement sur la nouvelle technologie. C'est un ensemble de matériaux robotiques qui permet d'identifier instantanément un individu, grâce à l'analyse de ses particularités : dynamiques, anatomiques et biologiques. Les appareils garants de cette méthode d'identification sont munis de capteurs qui authentifient minutieusement et rapidement l'identité du concerné.

Les domaines touchés par la biométrie se sont également diversifiés. Auparavant, elle s'était limitée aux statistiques et aux mathématiques. Actuellement, elle s'est développée pour devenir un moyen de sécurité très prisé par la sphère publique dont les militaires font partie. Mais elle ne s'arrête pas à ce stade, car les entreprises comme Semlex commencent à appliquer ces systèmes d'identification à des fins privées. Les dispositifs les plus développés sont les documents identitaires, les portes sécurisées et les outils de verrouillage de système informatique. Ainsi, les biens importants et les informations confidentielles sont préservés de l'intrusion des fraudeurs.

Les différents modèles biométriques

Maintenant, il devient possible d'identifier et d'authentifier de différentes manières un individu. On peut distinguer les techniques de biométrie comportementale, physique et biologique. Dans ces trois cas, il n'est plus question de demander à une personne l'habituel code secret ou le mot de passe pour confirmer son identité.

En ce qui concerne l'identification comportementale ou dynamique, elle est effectuée à partir de gestuelles et mouvements propres à l'individu. Ce dernier est reconnaissable par sa manière de signer, sa voix et sa dynamique de frappe sur un clavier d'ordinateur. Pour la biométrie physique, la vérification de l'identité de l'individu est effectuée à partir de ses caractéristiques physiques constantes, par exemple, ses empreintes digitales et les traits de son visage. Et enfin, l'identification biologique repose sur la vérification par ADN.

La société belge Semlex, spécialisée en la matière, a développé des techniques d'identification grâce à l'introduction de la biométrie en réseau. Sa collaboration avec de nombreux pays a permis à ces derniers d'en faire usage.